LE VOILE BALADI
(UTILISE AVEC LES MUSIQUES POPULAIRES)danse_egyptienne_04

Le voile baladi attach√© sur la t√™te compl√®te habituellement la robe traditionnelle populaire. Il est¬†l’expression subtile du buste et du visage et excelle √† traduire les sentiments cr√©√©s par¬†la m√©lodie et plus particuli√®rement par¬†la voix.
Son maniement nécessite une souplesse permanente du bassin qui permet de se saisir avec agilité des pans du voile comme un écho du corps entier.
Le voile baladi¬†dessine avec nettet√© les lignes du corps et projette dans l’espace des diagonales et des courbes majestueuses.
Amplifiant la gestuelle de la danseuse, il enveloppe¬†son corps d’un halo de lumi√®re et fait rentrer le spectateur dans l’intimit√© d’une histoire.

LE VOILE SHARQI
(UTILISE AVEC LES MUSIQUES ¬ę CLASSIQUES ¬Ľ
)danse_egyptienne_05

Le voile sharqi tenu au bout des bras, flottant derri√®re le dos comme une voile gonfl√©e par le vent, donne au corps un √©lan lyrique et √©l√©gant. Il se pr√™te √† merveille aux musiques sharqi a√©riennes et mystiques¬†dans lesquelles la fl√Ľte (ney) est dominante.
Le travail du voile demande une force du centre du corps, des appuis au sol solides et une ligne du dos qui¬†se prolonge dans les bras comme des ailes. En laissant un sillage derri√®re elle, la danseuse sculpte des volumes et des figures qui s√©duisent l’imagination et¬†invitent √† la r√™verie.